La vidéo, outil surcoté ou sous-côté du marketing digital BtoB ?

Rédigé par Sarah le 19 juin 2018
Temps de lecture : 32 min.

Teaser, livestream, vlogs, vidéo 360°, réalité virtuelle… Vous avez difficilement pu passer à côté : aujourd’hui, la vidéo est partout ! Et sous des formes diverses et variées. On ne la retrouve plus seulement à la télévision et au cinéma, mais aussi sur des plateformes d’hébergement gratuites, des sites web, les réseaux sociaux… A tel point que la vidéo s'est aujourd'hui imposé comme l'un des formats privilégiés du web. 

Pour preuve, d’ici 2020, la vidéo représentera 82% du trafic global d’internet, contre 70% en 2015 (Cisco, Visual Network Index forecast)

Comment expliquer cette croissance exponentielle ? Tout simplement parce que les habitudes et les attentes des consommateurs sur internet ont profondément évolué. Pour tirer son épingle du jeu, la règle est (presque) simple : attirer l’attention. De plus en plus mobiles, les internautes préfèrent des messages courts, accompagnés de visuels percutants, qu’ils peuvent parcourir rapidement, depuis n’importe quel endroit ; dans les transports par exemple. La vidéo ne serait-elle pas le média idéal pour réunir tous ces critères ?

Si tout le monde ne jure que par la vidéo, elle peut toutefois faire peur aux non-initiés, et les questionnements sont nombreux :

  • je manque de compétences techniques,
  • je ne connais pas les codes du format vidéo,
  • ça demande trop d’investissements et je manque de temps,
  • je ne pense pas que ce soit vraiment pertinent dans le cadre de mon business spécifique...


Pourtant, la vidéo représente une
formidable opportunité pour bon nombre d’entreprises, notamment les PME, qui auraient tout intérêt à l’intégrer dans leur stratégie de marketing digital. Pourquoi ? Comment ? Nous vous donnons toutes les clés pour en tirer le meilleur parti !

 

Pourquoi tout le monde ne jure que par la vidéo ?

Un format de plus en plus accessible
Des avantages irrésistibles
Quelques tendances incontournables 

Comment utiliser la vidéo dans sa stratégie marketing BtoB ?

La vidéo est-elle réellement adaptée au BtoB ?
Quels contenus diffuser en vidéo BtoB et sous quels formats ?
Comment intégrer la vidéo dans sa stratégie de prospection digitale ? 

Nos conseils pour tirer le meilleur parti de la vidéo

7 conseils pour améliorer la visibilité de ses vidéos sur les réseaux sociaux ?
Comment tirer profit de la vidéo pour améliorer son référencement ?

 

Pourquoi tout le monde ne jure que par la vidéo ?

Un format de plus en plus accessible 

Du temps des Frères Lumières, l’animation d’images photographiques était apparue comme une véritable révolution. Aujourd’hui, n’importe qui peut, produire et diffuser une vidéo à moindre coût. Plus besoin de posséder du matériel de professionnel ni d’avoir accès à un véritable studio de tournage et de montage. Selon ce que l’on souhaite faire, un smartphone peut suffire ! La conséquence ? Une grande diversité de contenus vidéo, plus de liberté, et parfois même de folie...
 

Concrètement, qu’est-ce qui a favorisé l’accessibilité de la vidéo, pour le plus grand nombre, tant en termes de visionnage que de production ?

  • YouTube

Comment parler de vidéo sans évoquer YouTube ? Chaque jour, plus d’un milliard d’heures de vidéo sont visionnées sur YouTube. Cette plateforme gratuite et simple d’utilisation a réellement démocratisé la vidéo, en permettant à n’importe qui de regarder, mais aussi de diffuser des contenus vidéos.

  • La connexion internet mobile

L’essor de la 4G l’a prouvé : la qualité de la connexion mobile influe sur la consommation de vidéos. En 2014, Philippe Brun, directeur marketing de la data chez Orange, révélait que l’opérateur comptait “deux fois plus de clients actifs en 4G sur le streaming vidéo qu’en 3G”. De plus, un client 4G consommait en moyenne 5 fois plus de data qu’un client 3G, en particulier pour visionner des vidéos. La raison est simple : la 4G augmente la vitesse de téléchargement et améliore donc la qualité de diffusion.
Au moment où l’arrivée de la 5G se profile déjà à l’horizon, on peut imaginer que cette corrélation entre connectivité, diffusion des smartphones et consommation de vidéos n’est pas terminée.
video-connexion-internet-mobile

  • Les tutos et autres outils d’aide

Chacun et chacune d’entre nous a aujourd’hui accès à une multitude d’outils, gratuits ou à prix abordables, et faciles d’utilisation, pour l’aider à : filmer, monter, éditer et diffuser des vidéos. C’est d’ailleurs souvent par le biais de vidéos (les fameux “tutos”) que l’on apprend à le faire soi-même.

  • Les nouvelles technologies

Smartphones de plus en plus performants, caméras étanches, appareils photos de qualité qui tiennent dans un sac à main… Ces appareils se perfectionnent chaque jour un peu plus, tout en restant assez accessibles pour de nombreux porte-monnaie. L’équation est simple : des outils + performants et - chers = + de vidéos !

Des avantages irrésistibles

Les innovations technologiques et l’accessibilité facilitée ne suffisent pas à expliquer l’engouement autour de ce format. En réalité, si la vidéo est aujourd’hui devenue incontournable, c’est parce qu’elle présente de nombreux bénéfices, et ce quel que soit son domaine d’activité.

 

La vidéo impacte davantage les utilisateurs

Mobiliser à la fois l’image et le son facilite la mémorisation du message, ce qui le rend également plus impactant. C’est pourquoi 1 minute de vidéo est en moyenne plus performante que d’utiliser 1,8 millions de mots pour intéresser et convaincre sa cible (Infographie RendrFX)
En mobilisant plusieurs sens, la vidéo permet de créer un lien direct et privilégié avec l’internaute, en offrant notamment la possibilité de jouer sur les émotions. On parle alors de storytelling.

La vidéo facilite la mémorisation du message

Les études le prouvent, la vision mobilise le plus grand nombre de cellules nerveuses, c’est pourquoi la mémoire des images est particulièrement efficace. Ainsi, une expérience menée aux Etats-Unis montre qu'après avoir visionné 2 500 diapositives, un individu est capable de reconnaître 90% d'entre elles au bout d'une semaine. Essayez de reproduire la même chose avec 2 500 mots ; je serais curieuse de savoir si vous parvenez à un score aussi élevé !
Mais la vidéo ne s’arrête pas là, puisqu’au-delà de la mémoire visuelle, elle mobilise également la mémoire auditive, voire scripturale. Autant de leviers qui aident le public à se souvenir du message transmis… parfois même malgré eux !

 

La vidéo est une solution au “manque de temps”

Lire un texte demande davantage d’efforts et mobilise plus l’attention que regarder une vidéo. Faites le test : essayez de lire, puis de regarder une vidéo tout en faisant la vaisselle. Le résultat devrait être assez clair : pour un même niveau d’informations retenues (et une vaisselle plus propre), regarder la vidéo vous aura très certainement paru plus facile.
Il n’est donc pas étonnant de voir que, quand une page possède à la fois du texte et une vidéo, 72% des gens auront tendance à regarder la vidéo pour en apprendre davantage sur un produit ou service (HubSpot, The State of Video Marketing in 2018). Fainéants ces internautes ? C’est vous qui le dites…

 

La vidéo incite au passage à l’action

Aujourd’hui, les vidéos existent de moins en moins pour elles-mêmes, mais s’inscrivent dans une stratégie plus globale, dont les objectifs peuvent être divers :

  • faire connaître sa marque,
  • promouvoir un produit ou service,
  • inciter à l’action…

Pour atteindre ces objectifs, la vidéo met de multiples leviers à disposition : interpeller directement l’utilisateur, insérer un bouton d’appel à l’action, rediriger vers d’autres contenus…

Ainsi, 46% des utilisateurs effectuent au moins une action après avoir visionné une annonce vidéo : demander une étude de cas, contacter un expert, transmettre le contenu à un supérieur hiérarchique…


Sur le web, ces éléments apportent une réelle valeur ajoutée à l’expérience utilisateur, ce qui se traduit souvent par un meilleur taux d’engagement :

  • Le temps passé sur une page qui contient une vidéo augmente (ce qui scelle le premier maillon de la chaîne vertueuse du SEO et augmente le trafic et la visibilité de votre site web).
  • Les internautes sont plus susceptibles de partager du contenu vidéo, notamment sur les réseaux sociaux (ce qui, encore une fois, ne peut qu'être bénéfique pour votre visibilité).

« Une image vaut mille mots. »

Et si, finalement, Confucius avait résumé cela très simplement, avec plusieurs siècles d’avance ?

Quelques tendances incontournables

Dans le monde du digital, les choses évoluent constamment et à une vitesse qui semble parfois exponentielle. De fait, il n’est pas toujours facile de distinguer les buzz éphémères des réelles tendances de fond. Pour y voir plus clair, attardons-nous sur deux éléments à côté desquels il ne faut pas passer.

  • Les réseaux sociaux

Si YouTube reste la plateforme dédiée, les autres ne sont pas en reste. Ainsi, Facebook comptabilise 8 milliards de vidéos vues par jour. En janvier 2018, les vidéos représentaient 66% des publications des Français sur Facebook, contre 11% de photos et 23% de liens. (Répartition des publications des Français sur Facebook en janvier 2018, Statista)

Quel que soit l’objectif de votre vidéo, il y a fort à parier qu’elle trouvera sa place sur les réseaux sociaux. Facebook, Instagram, LinkedIn et compagnie ont bien compris le pouvoir viral de la vidéo et valorisent largement ce type de contenu : formats particuliers, intégration de sous-titres, lecture automatique…


Les marques ne s’y trompent pas non plus : les réseaux sociaux représentaient 28% des dépenses publicitaires du segment vidéo en 2016, contre seulement 8% en 2015 (7ème édition de l’Observatoire de l’e-Pub du SRI).
video-marketing-snapchat
Snapchat a souvent été décrit comme “la prochaine grosse plateforme” pour les marketers. Les chiffres donnent une réalité différente et refroidissent les aspirations de certains. Peu de marketers ont utilisé ce réseau social comme une plateforme de marketing vidéo (11%), et seulement 27% d’entre eux ont trouvé cela efficace. Par conséquent, il vaut mieux privilégier les “valeurs sûres”. Sur Facebook, par exemple, la vidéo génèrent 16% d’engagement de plus que les images.

  • Le mobile first

Aujourd’hui déjà, la navigation sur mobile représente 52% du trafic internet mondial. Nous ne cessons de le répéter : quel que soit son domaine d’activité, il est indispensable de se pencher sur la question du mobile first, notamment concernant son site internet. Cela permet de :

Ce nouveau paradigme impacte également la vidéo, puisque du format horizontal né du cinéma, on passe de plus en plus au format vertical, mieux adapté à l’écran d’un smartphone. Créer du contenu adapté aux usages mobiles, du point de vue du fond et de la forme, est désormais essentiel pour optimiser l’impact de son message.


50% des vidéos online sont regardées depuis un smartphone (étude State of the video industry, global research study d'AOL, février 2017).

 

Neoconseil 💡: Quid du buzz à tout prix ?
Qui n’a jamais rêvé de voir son contenu massivement relayé sur internet, et notamment sur les réseaux sociaux ? Chercher à viraliser son contenu est évidemment une bonne idée, mais cela ne doit pas se faire au détriment de votre stratégie d'ensemble. En effet, créer du contenu, et notamment des vidéos, uniquement pour faire le buzz est une stratégie qui n’est ni soutenable, ni prévisible, car trop risquée puisque une large part de la réussite est liée à la chance.
En plus de cela, un buzz peut facilement se retourner contre vous et briser, en quelques minutes, plusieurs semaines de travail, mais aussi considérablement dégrader votre image.... A la place, privilégiez plutôt : :

  • une stratégie basée sur la publication régulière de contenus pertinents, notamment des vidéos
  • une stratégie de référencement efficace (et oui même le SEO est fan de vidéo)
  • la construction d'une solide communauté autour de vos contenus

 

 

Comment utiliser la vidéo dans sa stratégie marketing BtoB ?

Certes, les avantages de la vidéo sont nombreux et variés, mais ils ne doivent pas vous faire perdre raison ! Pour qu’elle soit efficace et pertinente, elle doit être réfléchie pour répondre à des objectifs précis et s’intégrer à une stratégie plus globale. Avant de se lancer tête baissée, il peut être utile de se poser quelques questions...

 

La vidéo est-elle réellement adaptée au BtoB ?

De très nombreuses marques ont d’ores et déjà intégré la vidéo à leur stratégie marketing. Mais celles qui vous viennent spontanément en tête sont certainement des marques BtoC, qui utilisent ce support pour communiquer auprès du “grand public”. Mais alors, est-ce qu’une entreprise BtoB a réellement intérêt à utiliser la vidéo ? Faisons le tour de quelques préjugés tenaces, pour que vous n’ayez plus aucune raison d’hésiter à vous lancer !

Préjugé 1 : la vidéo est un format adapté au divertissement, mais pas aux enjeux plus sérieux du BtoB
Beaucoup pensent que les internautes consomment plutôt des vidéos de divertissement et qu’ils partagent des contenus plus drôles qu’informatifs. Inutile de le nier, le divertissement a évidemment une place de choix dans le secteur de la vidéo. Mais le web est suffisamment vaste pour que tous les types de contenu y aient leur place !


Saviez-vous que 50% des cadres recherchent plus d’informations après avoir vu un produit ou un service dans une vidéo.
La vidéo permet de passer un message clair, concis et efficace en quelques minutes, voire quelques secondes. C’est donc l’outil idéal pour partager des connaissances et des informations spécifiques. D’ailleurs, le e-learning n'acquiert-il pas une importance croissante ? Dans cet exemple, la formation et l’information sont diffusées en… vidéo !

 Retrouvez ci-dessous la vidéo de Pierre, l'un de nos chefs de projets, vous présentant le RGPD et ses conséquences.

 

Préjugé 2 : les prospects BtoB ne consomment pas de vidéos dans le cadre de leur activité
Le secteur du BtoB n’a pas été épargné par la  digitalisation de la société, et avec elle, l’essor de la vidéo. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 72% des acheteurs BtoB regardent des vidéos dans le but de trouver les informations pour avancer dans leur processus d’achat.
Eh oui, vos prospects se distinguent certainement sur de nombreux points, mais il en est un pour lequel ils ne font pas exception : ils sont des adeptes de la vidéo, notamment dans un cadre professionnel.

professionnel-btob-video
Cela explique pourquoi 65,5% des professionnels du marketing BtoB déclarent que la vidéo occupera une place important pour leurs campagnes cette année.

Préjugé 3 : la vidéo est un gadget, un outil déconnecté du reste de la stratégie marketing
Si c’était effectivement le cas, de nombreux marketeurs feraient fausse route. En effet, 86% des professionnels du web marketing utilisent du contenu vidéo.
En réalité, la vidéo peut être un véritable pilier d’une stratégie d’inbound marketing. Grâce à la diversité des formats à leur disposition (films d’animation, livestream, clip vidéo…), les professionnels du marketing disposent d’innombrables possibilités d’interagir avec leurs prospects : livestream, tutoriel, film d’animation… La vidéo s’adapte à n’importe quelle étape du cycle de vie d’un prospect, et est un excellent moyen de partager son expertise.
Elle peut également être utilisée pour valoriser un autre contenu de communication : illustrer un article de blog par exemple. Ainsi, intégrer une vidéo dans un email marketing permet d’augmenter de 200 à 300% le taux de clics, et ajouter une vidéo sur une Landing Page peut augmenter le taux de conversion de près de 80%.

Préjugé 4 : la vidéo n’a pas d’effet direct et concret sur le business
Contrairement à ce que certains pensent, la vidéo n’est pas seulement là pour faire de la figuration ! Certes, elle semble souvent parfaitement adéquate pour attirer l’attention et améliorer l’image et la notoriété d’une entreprise, mais utilisée à bon escient, elle est aussi génératrice d’opportunités. Visionner une vidéo augmente par exemple l’intention d’achat de 97%.


Préjugé 5 : n’importe qui peut aujourd’hui créer une vidéo de qualité
Si la création, le montage et la diffusion de vidéos sont de plus en plus accessibles au plus grand nombre, cela ne signifie toutefois pas que cela se résume à un jeu d’enfants. En effet, pour obtenir un contenu de qualité, la combinaison de multiples compétences est nécessaire, certaines étant parfois négligées ou sous-évaluées :

  • la stratégie éditoriale : une vidéo n’existe jamais seule, par elle-même, indépendamment des autres contenus d’une société. Au contraire, elle a un rôle capital à jouer pour valoriser l’ensemble de la stratégie de communication de l’entreprise.

 

  • le scénario : avant même d’allumer sa caméra, et pour garantir une certaine cohérence, il est important de rédiger un script plus ou moins détaillé de la vidéo que l’on souhaite tourner.

 

  • le tournage : voici enfin le coeur de la question. Mais il faut encore se procurer le matériel le plus adapté aux objectifs et aux contraintes budgétaires, organiser le tournage, caster les “acteurs” le cas échéant, définir le cadre de tournage, stabiliser la caméra, mettre à l’aise les acteurs et en tirer le meilleur n'est pas à la portée de tout le monde…

 

  • la lumière : maîtriser l’intensité et les « températures » de couleur donne une ambiance et une tonalité temporelle au film. Cela peut, en partie, se traiter en post-production, mais il faut aussi y penser en amont.

 

  • le son : c’est un élément crucial, qui sera immédiatement remarqué s’il est de mauvaise qualité. Pour éviter ça, il faut choisir un lieu adapté, sans bruits parasites, et il est conseillé de prendre le son avec un enregistreur externe.

 

  • le montage vidéo : avec la multiplication des contenus, le public est devenu de plus en plus exigeant sur ce point. Il s’agit d’éviter les faux raccords, d’harmoniser le son et l’image, de choisir les transitions adaptées pour créer un contenu dynamique, de veiller à ce que le son ne soit pas décalé par rapport aux images...

 

  • la maîtrise des codes des réseaux sociaux : s’ils font la part belle aux contenus vidéos, pour pouvoir profiter de cette visibilité, il faut maîtriser des données qui évoluent régulièrement : quel format privilégier ? Quel ton employer ? Comment la promouvoir ?

 

En somme, la vidéo est un format innovant, qui permet aux entreprise BtoB comme BtoC de mettre en valeur leurs actions et contenus marketing et commerciaux. Elle fonctionne comme une formidable caisse de résonance, tout en permettant de s’adapter et de répondre aux attentes et enjeux de ses prospects.

Quels contenus diffuser en vidéo BtoB et sous quels formats ?

La vidéo peut se décliner sous une multitude de formats. Chacun d’eux répond à des codes, et à des habitudes de consommation bien particuliers. Ils varient également en fonction de la maturité des prospects. En fonction de ces objectifs, différents types de contenus seront plus ou moins adaptés.


La liste ci-dessous est non-exhaustive, mais elle permet de donner une vision des différents formats qu’il est possible de produire.

  • La vidéo de présentation de l’entreprise

Au-delà de présenter l’activité de l’entreprise, ce genre de vidéo permet d’humaniser la marque, de générer de la confiance et de développer sa notoriété. Il s’agit de communiquer autour de l’univers de la marque, dans une vidéo assez courte d’une à trois minutes. Cela peut couvrir un champ assez large : présentation de l’entreprise, des équipes, des valeurs, des savoir-faire…

Chez Neoptimal, nous avons choisi de présenter le concept clé de la prospection digitale.

 

Une vidéo de présentation peut être considérée comme l’équivalent d’une bande annonce dans le cinéma : il faut en dire assez pour intéresser le prospect, tout en gardant une part de mystère pour lui donner envie d’en savoir plus.
Le storytelling est particulièrement adapté à ce genre de contenu : vous pouvez par exemple raconter l’histoire de la fondation de l’entreprise, des anecdotes… En mêlant l’intellect et l’émotionnel, le spectateur n’a pas l’impression que l’on cherche à lui vendre quelque chose à tout prix, mais est plus disposé à écouter le message. Dans tous les cas, veillez à soigner la qualité visuelle et sonore : comme votre charte graphique, c’est cette vidéo qui va donner le ton de vos communications.

92,5% des professionnels du marketing considèrent que le contenu vidéo offre plus de possibilités pour s’exprimer de manière créative et utiliser le storytelling aux marques BtoB.

 

  • La vidéo de présentation d’un produit ou service

L’objectif est majoritairement de convaincre le prospect de l’utilité d’un produit ou service, de la valeur ajoutée qu’il représente. Souvent courtes, elles peuvent, selon ce qu’elles présentent, être des films de mise en situation réelle ou des films d’animation par exemple. Près de la moitié des professionnels du marketing BtoB (46,5%) considèrent que la vidéo permet de présenter plus facilement un produit ou un service.

💡Focus sur le motion design
Le terme “Motion Design” signifie donner vie à des éléments graphiques en les animant. Il recouvre plusieurs formats : l’animation flat design, l’animation traditionnelle, la typographie animée…
Ce type de vidéo, souvent assez court et accompagné d’une voix off, peut être utilisé pour présenter un produit ou un service, un processus de fabrication, un avantage concurrentiel… Cela donne l’opportunité d’explorer de multiples options créatives, même si cela nécessite l’expertise d’un web designer

  • Le tutoriel vidéo

Plutôt facile à produire pour l’entreprise (cela demande souvent peu d’efforts logistiques) et relayant du contenu utile pour les prospects, le tutoriel répond parfaitement aux attentes des consommateurs aujourd’hui. L’objectif n’est ici pas de vendre directement un produit ou un service, mais d’informer et de guide l’audience sur un thème, tout en démontrant son expertise. La durée de ce type de vidéo peut varier de quelques minutes à plus de deux heures !

  • Le témoignage

Il s’agit de laisser la parole à un client satisfait par votre produit ou service. Il pourra raconter son expérience et répondre à différentes questions, comme : quels étaient ses enjeux et besoins ? Dans quel cadre utilise-t-il votre produit ou service ? En quoi est-il différent et qualitatif ? La vidéo est ici un élément de réassurance permettant de confirmer l’intérêt du prospect. L’impact est renforcé par la possibilité d’identification.

  • La réalité augmentée

La réalité augmentée est notamment prisée en BtoB pour séduire une audience lors d’un événement. Sur un salon professionnel, par exemple, proposer une expérience en réalité augmentée est une opportunité pour générer du trafic sur votre stand : de nombreux visiteurs souhaiteront tester ! Cette technique est également utilisée dans des secteurs particuliers, comme l’immobilier ou le tourisme, pour présenter des locaux par exemple. Cette immersion dans la vidéo renforce l’impact du contenu, mais les techniques actuelles permettent rarement de produire un contenu très qualitatif.

video-realite-virtuelle

 

  • Le teaser ou le récap d’un événement

Si un événement (salon, conférence, portes ouvertes…) se déroule à un moment T figé dans le temps, la vidéo permet d’élargir sa portée de manière exponentielle.


En amont, une vidéo teaser attise la curiosité, mobilise son audience et peut éventuellement générer des inscriptions. En aval, cela permet à ceux qui n’ont pu être présents d’avoir un aperçu de l’événement en question. Neoptimal a par exemple participé au Salon E-Marketing en avril dernier, et avait annoncé sa participation en vidéo.

 

 

 

 

Mais nous ne sommes pas arrêtés là ! C’est aussi en vidéo que nous avons voulu partager notre expérience. 🚀

 

La tenue d’un événement peut également être l’occasion de faire un livestream. Cela présente deux avantages majeurs. D’une part, cela permet de promouvoir l’événement, ou de profiter de son aura médiatique pour augmenter sa visibilité et améliorer sa notoriété. D’autre part, c’est un bon moyen de générer une audience supplémentaire, libérée des contraintes liées à l’organisation logistique : temps et coûts de transport, places disponibles…

💡Focus sur le webinaire
Le webinaire est un événement particulier, puisque lors de cette présentation en ligne, les participants ne sont pas présents physiquement, mais sont connectés à distance grâce à un logiciel.
Pour maximiser l’efficacité des ressources engagées dans la construction et la réalisation d’un webinaire, il peut être intéressant de le filmer. Cette copie pourra être directement adressée à un prospect mature et désireux de s’engager, sans qu’il ait à attendre la prochaine session, ou bien à un participant qui souhaite partager le webinaire auprès de ses pairs ou de sa direction. Neoptimal organise ainsi des webinaires à destination des dirigeants de PME & ETI BtoB désireux d'accélérer leur développement commercial. 

Nouveau call-to-action

  • La vidéo “hors-scène”

La vidéo hors-scène présente les coulisses de votre marque et humanise votre société en présentant votre quotidien et les visages de ceux qui font vivre la marque. Les réseaux sociaux (et notamment Instagram avec ses stories) sont des plateformes idéales pour promouvoir ce type de contenu. Cela permet de créer un lien privilégié avec votre cible, et ainsi construire et consolider une véritable communauté.

 

Exemple de vidéo publiée sur le compte Instagram de Neoptimal

 

 

En règle générale, la vidéo est le moyen idéal de créer de l’affect car elle capture ces moments de réalité mieux que n’importe quel autre moyen de communication. Le contenu, mais également le format et les moyens de diffusion dépendent de la cible que vous visez et des objectifs que vous souhaitez atteindre. Pour gagner en efficacité, vous devez absolument adapter le fond et la forme de vos vidéos :

  • une vidéo de présentation d’un produit ou service pourra être publiée sur une page de téléchargement
  • le teaser d’un événement pourra être intégré à un email d’invitation
  • les vidéos “hors-scène” ou les bêtisiers sont particulièrement adaptés aux réseaux sociaux

 

Quelle durée de vidéo faut-il viser?

Vous l’avez peut-être remarqué, nous n’avons que peu parlé de la durée, parce que la réponse à la question “combien de temps doit durer une vidéo pour être la plus efficace ?” est : ça dépend. En effet, les contenus courts sont souvent préconisés, mais d’après Google research, près de la moitié des acheteurs BtoB qui regardent des vidéos lors de leur processus d’achat consomment des vidéos de plus de 30 minutes.

Dans tous les cas, quels que soient les objectifs visés et les formats choisis, le plus important reste de constamment chercher à
créer de la valeur ajoutée. Si une vidéo, aussi belle soit-elle, n’apporte rien à vos prospects, cela ne présentera aucune plus-value pour vous non plus.
En intégrant la vidéo à votre stratégie marketing, vous pourrez positionner votre professionnalisme et votre expertise, notamment dans la compréhension des besoins clients.

Comment intégrer la vidéo dans sa stratégie de prospection digitale ?

La place de choix de la vidéo dans une stratégie de prospection digitale

La prospection digitale est une méthode de prospection qui permet aux entreprises d’améliorer leur développement commercial à moindre coût en utilisant pleinement le potentiel d’internet. Les leviers disponibles sont variés et complémentaires :

  • des campagnes attractives sur les réseaux sociaux pour attirer l’attention et susciter l’intérêt
  • des campagnes d’emailing personnalisées et à forte valeur ajoutée pour faire mûrir l’intérêt des prospects
  • des campagnes de publicités payantes judicieuses pour élargir son audience potentielle

La prospection digitale prend toute sa valeur dans le secteur BtoB, au sein duquel le parcours d’achat est souvent long. Il s’agit alors, grâce à une stratégie de contenus réfléchie et pertinente par rapport aux enjeux des prospects, de faire mûrir leur réflexion. Vous avez dû vous rendre compte que la vidéo est particulièrement adaptée à cela ! Elle peut :

  • attirer l’attention en mettant en avant un contenu original
  • motiver l’intérêt des prospects en leur apportant des informations pertinentes et en répondant à leurs enjeux
  • convaincre et convertir des prospects en démontrant votre expertise et l’intérêt de vos produits ou services

Si ces nombreux atouts justifient l’engouement pour ce format, la vidéo n’est malheureusement pas une baguette magique. Et pour en tirer le meilleur parti, il faut veiller à élaborer une stratégie efficace et adaptée à ses enjeux propres.

Élaborer sa stratégie de marketing vidéo en 7 étapes

Pour dégager un bon ROI, il est indispensable de mettre en place une stratégie marketing pour vos vidéos, alignée sur le cycle d’achat B2B. Pour cela, suivez ces quelques étapes :

  1. Déterminez vos objectifs. Notoriété, image ou incitation à l’action, une seule vidéo ne peut répondre efficacement à tous ces objectifs à la fois. Vous devez donc déterminer votre objectif prioritaire.
  2. Gardez vos buyer persona en tête, et notamment les différentes phases du cycle d’achat BtoB (attirer, motiver, convaincre et fidéliser).
  3. Élaborez la stratégie de diffusion : intégrée à un site web, disponible derrière une landing page, intégrée à un email, diffusée sur les réseaux sociaux, promue par des liens sponsorisés… Si elle dépend des deux points précédents, elle impactera directement la création de la vidéo en tant que telle.
  4. Rédigez le script de la vidéo en tenant compte des éléments précédemment évoqués et en scénarisant vos idées : déroulé, lieux de tournages, éventuels dialogues… Rien ne doit être laissé au hasard (exception faite des vidéos “hors scène” et plus spontanées)
  5. Créez le contenu vidéo. Il doit apporter une forte valeur ajoutée pour la cible, en fonction de l’étape du cycle d’achat B2B et du mode de diffusion. Ces paramètres influencent le storytelling et la durée.
  6. Montez et éditez votre vidéo, en insérant des éléments bien choisis (sous-titres, CTA…) pour maximiser la conversion et faire avancer le prospect dans son cycle d’achat.
  7. Mesurez et analysez les performances de vos vidéos à l’aide des données analytiques recueillies : durée de visionnage, nombre de vues, fidélité et origines de l’audience… Comme chaque action de votre stratégie marketing, la création et la diffusion d’une vidéo doit être analysée sous le prisme des résultats, pour pouvoir vous améliorer sans cesse et augmenter votre ROI.

💡 Le conseil de Mathis, expert multimédia chez Neoptimal
Des outils intuitifs et performants existent pour customiser facilement et à l’envie vos vidéos. C’est le cas de Wistia par exemple, grâce auquel vous pouvez placer des CTA personnalisables à n’importe quel moment, modifier le contenu de la barre de lecture, insérer des chapitres et des sous-titres…

 

 

Nos conseils pour tirer le meilleur parti de la vidéo

Chez Neoptimal, nous avons la chance d’avoir Mathis, expert de la vidéo. Mais on s’est dit qu’on pourrait partager avec vous quelques uns de ses conseils avisés, pour vous aider à optimiser vos efforts.

7 conseils pour améliorer la visibilité de ses vidéos sur les réseaux sociaux ?

notoriete-video-reseaux-sociaux
Les réseaux sociaux sont devenus incontournables pour le développement commercial de nombreuses entreprises BtoB. Diffuser ses vidéos sur ces plateformes semble donc être une démarche évidente. Mais cela nécessite quelques adaptations pour maximiser leur portée :

  • Préférer les vidéos natives

Contrairement aux vidéos YouTube partagée sur les réseaux sociaux, une “vidéo native” reprend le format privilégié de la plateforme concernée, et s’intègre ainsi naturellement au contenu du site. De plus, ce genre de vidéo est favorisé par les plateformes. Ainsi, les vidéos natives Facebook génèrent 8x plus d’engagement qu’une vidéo classique (Quintly, 2017).

  • Privilégier les formats courts

Le scrolling (action de faire défiler une page vers le bas de l’écran) est particulièrement puissant sur les réseaux sociaux. Pour capter et maintenir l’attention de sa cible, il vaut mieux que votre vidéo ne dure pas des heures ! Les vidéos de 15 secondes sont d’ailleurs partagées 37% plus souvent que les vidéos de 30 secondes à 1 minute. Pour attirer et retenir l’attention des internautes, tout en ayant la place de s’exprimer, il est conseillé de poster un contenu de une à deux minutes maximum.

  • Optimiser les premières secondes

Sur Facebook et LinkedIn, les vidéos démarrent automatiquement quand elles s’affichent sur le fil d’actualité d’un utilisateur. Les premières secondes sont donc particulièrement cruciales pour capter l’attention de l’internaute : visuel impactant, chiffre-clé, question intrigante… Laissez parler votre créativité !

  • S’assurer que le message est compréhensible sans le son

Les utilisateurs des réseaux sociaux n’activent pas toujours le son lorsqu’ils consultent leur fil d’actualité. Votre message doit donc pouvoir être compris malgré cette contrainte. Dans ce contexte, les sous-titres et le storytelling purement visuel sont particulièrement importants. De plus, cela facilite la compréhension en faisant ressortir les informations importantes. Le son peut apporter une valeur additionnelle mais ne doit pas être indispensable, sous peine de voir son message perdre son sens.

  • Ajouter un appel à l’action

Lien cliquable dans la vidéo ou sa description, ou bien proposition intégrée au contenu de la vidéo, encore une fois, les possibilités sont nombreuses et peuvent s’adapter à toutes les situations. Dans tous les cas, il s’agit de prolonger l’intérêt pour la marque, le produit ou service, et favoriser la génération de trafic, l’augmentation des ventes, etc.

  • Veiller au contexte

Les réseaux sociaux permettent de personnaliser plusieurs éléments. Ainsi, il est conseillé de choisir un titre court, compréhensible et original, de sélectionner une catégorie adaptée, de rédiger une description attractive, utilisant une citation ou un chiffre-clé par exemple, et d’ajouter une vignette personnalisée. Comme les articles de blog, les vidéos sont également concernées par le référencement, il faut donc veiller à soigner certains éléments, que nous allons détailler par la suite.

  • Utiliser la publicité payante

Utiliser ce levier permet de toucher une audience supplémentaire, qui ne fait pas partie de son réseau mais qui entre néanmoins dans sa cible, d’améliorer sa visibilité, d’augmenter le nombre d’abonnés, voire de générer des conversions supplémentaires.

  • Améliorer sa stratégie grâce aux statistiques

Les réseaux sociaux sont certainement les champions de la collecte des données : profitez-en ! Combien de personnes ont vu votre vidéo ? Qui sont-elles ? A quel moment le font-elles ? L’ont-elles regardée en entier ? Connaître ces informations vous donne la chance de pouvoir améliorer vos prochains contenus pour optimiser leur portée.

💡 Le conseil bonus de l’expert
Quand on pense vidéos sur les réseaux sociaux, Facebook, Instagram et Snapchat sont généralement les premiers à être évoqués. Or, actuellement, seulement 38% des marketeurs partagent des contenus vidéo sur LinkedIn. Mais ¾ d’entre eux signalent que c’est une stratégie efficace, et plus de la moitié assurent qu’ils continueront (ou commenceront) en 2018.

 

Comment tirer profit de la vidéo pour améliorer son référencement ?

Le référencement est un levier incontournable de la prospection digitale, et un outil de choix pour améliorer la visibilité de son site web. A première vue, la vidéo ne paraît pas être un élément central d’une stratégie SEO. Et pourtant…

Soigner le référencement de ses vidéos

Google possède la plateforme YouTube depuis 2006. Les deux plateformes communiquent donc entre elles, et les vidéos publiées sur YouTube sont référencées dans les résultats de recherche.
referencement-video-youtube
Créé en 2005, YouTube est devenu le premier site hébergeur de vidéos dans le monde, et le deuxième moteur de recherche derrière Google. En France, c’est même la plateforme sociale la plus active devant Facebook (69% contre 65%).

 

Pour optimiser l’utilisation de cet outil, suivez ces 5 conseils :

  • Travaillez l’aspect de votre chaîne YouTube : nom, lien du site web, photo du header, organisation des playlists…

 

  • Choisissez et utilisez des mots-clés pertinents

 

  • Réalisez et publiez régulièrement des contenus de qualité. Cela permet d’améliorer votre image et d’optimiser votre visibilité. YouTube prend en compte le nombre d’interactions (nombre de “j’aime”, commentaires et vues) et analyse la durée visionnée par l’internaute pour évaluer la qualité et l’intérêt de la vidéo.

 

  • Veillez au référencement de vos vidéos : choisir un titre optimisé, rédiger une description d’au moins 250 mots, inclure des tags, favoriser les interactions…

 

  • Utilisez YouTube Analytics. Cet outil vous permet de connaître l’impact et les statistiques relatives à vos vidéos, d’en apprendre davantage sur l'audience, l'origine du trafic… Vous pourrez ainsi identifier les thématiques qui fonctionnent le mieux, les moments les plus propices aux interactions…

 Booster sa stratégie SEO grâce à la vidéo

Plus une chaîne YouTube est active et populaire, plus elle booste le classement du site web qui lui est rattaché.
En redirigeant les personnes qui regardent une vidéo vers votre site (en insérant un appel à l’action, ou le lien dans la description, par exemple) vous pourrez augmenter votre trafic.


Intégrer une vidéo sur les pages de son site web ou au sein d’un article de blog permet d’augmenter le temps passé sur cette page. Or, cette donnée est prise en compte par les moteurs de recherche pour améliorer le référencement. De plus, vous mettrez ainsi à profit la complémentarité texte/vidéo, et apportez une véritable valeur ajoutée à vos prospects. Il ne s’agit donc pas de répéter ce qui est dit dans l'un mais d'approfondir certains points ou d'aborder le sujet sous un angle différent.


Que cela soit un film d'entreprise, une présentation produit ou une vidéo événementielle, la vidéo est donc clairement un outil supplémentaire et particulièrement pertinent à intégrer dans sa stratégie de marketing digital BtoB. Ce support permet de faire passer un message de manière impactante, et est un puissant levier pour générer des ventes. Il ne tient qu'à vous, désormais, d'en tirer pleinement partie ! 🚀

Nouveau call-to-action

Envie d’approfondir ?