RGPD : Pourquoi la Newsletter est-elle devenue indispensable ?

Rédigé par Laurène le 31 mai 2018
Temps de lecture : 22 min.

Dans les années 2000, les marketeurs usaient et abusaient des newsletters impersonnelles qu’ils envoyaient à l’ensemble de leur base de données, avec ou sans leur accord. Vous les connaissiez certainement : ce sont ces “spams” qui inondaient votre boîte mail. Face au développement des blacklists et des filtres anti-spams, les entreprises ont dû revoir leur stratégie d’emailing. C'est alors qu'est apparue la newsletter personnalisée, canal souvent privilégié dans une stratégie d'inbound marketing.

 

Aujourd’hui, l’emailing est devenu incontournable : 76% des abonnés à une newsletter affirment avoir déjà acheté un produit ou un service en cliquant sur un lien présent dans le mail. Avec la nouvelle réforme RGPD, l’emailing de masse se retrouve hors-jeu et la newsletter personnalisée remonte en haut du podium des stratégies digitales efficaces !

 

Vous ne vous y êtes pas encore mis, ou vous ne constatez pas de résultats probants suite à vos campagnes d’emailing ? Laissez-nous vous donner quelques conseils pour créer une newsletter des plus efficaces, et conforme au RGPD !

 

SOMMAIRE INTERACTIF : 

Pourquoi est-il essentiel de créer une newsletter pour votre stratégie digitale ?

7 étapes pour créer une  newsletter efficace 

RGPD et Newsletter font-ils bon ménage ?

 

 

Pourquoi est-il essentiel de créer une newsletter pour votre stratégie digitale ?

 

Sorry, I don’t speak “Newsletter”

 

rgpd-newsletter-publicite-marketing

 

Sachez d’abord que l’email est le canal préféré des internautes pour interagir avec les marques (52%) devant les réseaux sociaux, les apps ou les chats. D’accord, mais une newsletter, c’est quoi exactement ? Littéralement, il s’agit d’une “lettre d’information” que l’on envoie régulièrement par email à une liste de diffusion.

 

  • À une... quoi ? Une liste de diffusion ! Ce sont les visiteurs de votre site internet qui ont choisi de suivre votre activité et l’actualité de votre entreprise. Attention, nous parlons bien des abonnés qui se sont inscrits à votre newsletter, ne spammez pas des internautes qui n’ont rien demandé !

 

  • Mais pour leur dire quoi ? À vous de voir, une newsletter peut être à vocation commerciale ou informative. Vous pouvez par exemple vanter les bienfaits d’un nouveau produit ou d’un nouveau service, ou bien informer vos abonnés de certains avantages promotionnels. Si vous tenez un blog, communiquez sur vos nouveaux articles, ou parlez de l’actualité de votre entreprise et des grands événements à venir. Mais suivez la règle d’or d’une campagne d’emailing : diffusez un contenu unique, intéressant et adapté aux attentes du lectorat. Pour être efficace et pertinente, une newsletter doit apporter une véritable valeur ajoutée, et donner à vos abonnés des éléments d’information essentiels. N’hésitez pas à leur proposer des contenus exclusifs pour vous différencier de la concurrence !

 

  • Sous quel format ? Nous vous détaillons un peu plus loin dans notre article le format idéal d’une newsletter efficace, mais de manière générale retenez qu’il s’agit d’un mail contenant un contenu éditorial et pictural. Sans visuels, vos chances d’attirer de nouveaux prospects fondent considérablement ! Vous pouvez également insérer un lien de téléchargement sur votre site internet pour que les internautes se la procure lors de leur visite.

 

  • Et à quel rythme de diffusion ? Votre newsletter peut être quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ou trimestrielle, mais surtout : elle doit être régulière. Ne perturbez pas vos abonnés, et installez une routine dans laquelle ils se retrouveront.

 

Je vous entends réfléchir tout haut derrière votre écran : “C’est bien joli tout ça, mais à quoi elle me sert au juste cette newsletter ?” On y arrive !

 

Sa faire connaître et fidéliser votre cible

 

Mettre en place une newsletter est en réalité une opportunité stratégique pour une entreprise et offre de nombreux bénéfices :

  • Elle permet d’atteindre un grand nombre de prospects. À titre informatif, 90% des internautes se servent de l’email au moins une fois par semaine, et 81% se sont inscrits à au moins une newsletter. Impressionnant, pas vrai ? La newsletter, c’est ainsi une manière efficace de toucher une cible large – mais intéressée ! – et de fidéliser votre liste de diffusion.

 

  • C’est un moyen peu onéreux de se faire connaître. Le seul coût non négligeable à prendre en considération est celui de la constitution de votre base de données. Une fois celle-ci établie, il ne vous reste plus qu’à supporter le coût du routage et les frais graphiques. Bien moins coûteux que le référencement payant par exemple, ou que Google Ads !

 

  • Elle augmente votre trafic sur votre site internet. Vous remarquerez certainement un pic de visites sur votre site web à chaque envoi de newsletter. Chez Neoptimal, nos nouveaux articles de blogs sont boostés par la campagne d’emailing du dimanche après-midi !

 

  • Elle représente un outil de conversion très efficace. Grâce à votre newsletter, il vous sera aisé de cibler vos abonnés en fonction de leurs attentes. Vous devez attirer leur attention dans le preview de l’email, afin de les inciter à poursuivre leur lecture, et donc d’augmenter le taux de clic vers votre site internet. A terme, cela peut même les aider à avancer dans leur processus d’achat.

 

  • C’est une façon de compléter votre visibilité sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux. Le référencement naturel (SEO), ce n’est pas trop votre truc ? Pas de panique, la newsletter vous permettra de combiner inbound et outbound marketing : attirez des visiteurs sur votre site, et interpellez-les grâce à vos lettres d’information ! Cela améliorera le temps moyen passé sur votre site, ainsi que le nombre de pages visitées. Votre référencement n’en sera que meilleur !

 

C’est aussi le moyen pour vos abonnés de suivre l’actualité de votre marque, mais aussi de se tenir informés de l’actualité de leur secteur d’activité, ou d’approfondir les sujets qui les intéressent. Ils seront également mis au courant des nouveautés que vous proposez. Tout le monde y trouve son compte finalement !

 

Gagner du temps grâce à un outil marketing efficace

 

Face à tous ces points positifs, vous devez vous dire que la newsletter doit être un outil très compliqué à mettre en place et qu’elle nécessite un suivi qui prend beaucoup de temps.


Détrompez-vous ! Grâce aux nombreux services d’envois, il vous sera possible d’automatiser vos campagnes d'emailing. 

 

 3 étapes pour gagner du temps et être efficace : 

  • Créez un template de votre lettre d’information que vous utiliserez pour vos futures campagnes. Vous n’aurez plus qu’à y insérer les liens de vos nouveaux articles de blog ou les actualités que vous voulez partager avec vos abonnés. Un gain de temps assuré !

  

  • Planifiez vos envois à un moment stratégique de la journée, de la semaine ou du mois, et soyez certain de cibler les prospects au moment adéquat. Idéal pour fidéliser vos clients en économisant du temps et de l’énergie !

 

  • Optez pour le lead scoring : cette pratique attribue une note à chaque lead (contact enregistré auprès d’un prospect) en fonction de son activité sur votre site, de son intérêt pour vos newsletters et de ses réponses à votre formulaire d’inscription. Vous pourrez ensuite segmenter cette base de données, et n’envoyer vos newsletters qu’à une certaine catégorie de prospects.

 

Profitez-en pour renforcer les liens avec vos partenaires

 

Outre une visibilité accrue pour votre site internet et un contenu informatif de qualité pour vos abonnés, la newsletter peut également s’avérer être un véritable moyen de promotion et d’échange de bons procédés entre partenaires. Faites la promotion du service proposé par une entreprise partenaire, et demandez qu’elle fasse de même pour vous par exemple !

 

7 étapes pour créer une newsletter efficace

 

Au premier coup d’œil, votre lectorat saura si votre newsletter est qualitative ou non. Cela dépend du contenu, de la mise en forme mais également du ciblage que vous avez fait au préalable. Voici les 7 étapes à suivre pour élaborer une campagne d’emailing digne de ce nom !

 

Étape #1 - Définissez vos objectifs

 

Avant toute chose, en marketing, comme en communication, il faut un but précis. Christophe Colomb n’est pas parti à la conquête du Nouveau Monde sur un radeau. Comme lui, il est primordial que vous définissiez vos objectifs avant de vous lancer dans la conquête de nouveaux prospects !

 

Souhaitez-vous…

  • fidéliser vos lecteurs ? La newsletter est un outil efficace pour communiquer sur vos produits et vos actualités. Ne laissez plus vos abonnés perdre une miette de vos activités, et donner leur envie de lire votre newsletter.

 rgpd-newsletter-hubspotblog-fidelisation

Exemple : la newsletter d’Hubspot Blog est un bon exemple de ce à quoi peut ressembler une campagne d’emailing qui cherche à fidéliser. Elle présente leurs nouveaux articles de blog ainsi que les événements à venir, et ce, de manière régulière.

 

  • informer ? Pour ça, rien de tel que la newsletter “curation de contenus” ! Elle sélectionne, trie et présente des contenus plus ou moins spécialisés présents sur votre site internet ou sur votre blog.

 rgpd-newsletter-neoptimal-information

Exemple : la newsletter de Neoptimal communique tous les dimanches sur ses nouveaux articles de blog de la semaine, c’est ce qu’on appelle une newsletter “curation de contenus”.

 

  • générer des ventes et du trafic sur votre site internet ? Vous pouvez orienter votre newsletter vers un aspect beaucoup plus commercial, afin d’augmenter votre taux de conversion et votre chiffre d’affaires.

 rgpd-newsletter-ebay-vente

Exemple : la newsletter d’eBay présente différents produits et met en avant ses offres commerciales.

 

Étape #2 - Choisissez votre cible

 

Maintenant que vous connaissez l'histoire que vous voulez raconter, il faut savoir à qui vous vous adressez. C’est une étape cruciale de la création de votre newsletter : un mauvais ciblage signifie un taux d’ouverture et un taux de clic faibles et donc une mauvaise optimisation de votre campagne emailing.

 

  • Commencez par segmenter vos contacts pour leur envoyer un contenu approprié. La segmentation peut se faire selon les actions effectuées par vos visiteurs, par les documents téléchargés ou encore par les réponses qu’ils fournissent à vos formulaires. Vous pouvez établir des catégories en fonction des besoins de vos prospects pour leur transmettre les offres qui les intéressent et augmenter votre taux de conversion. Déterminez aussi l’activité, le positionnement stratégique et le chiffre d’affaires de vos prospects en BtoB. Vous ne proposerez pas le même service à un client réalisant 20 millions d’euros de chiffres d’affaires ou à un client qui en fait 2 millions !

 

  • Nettoyez votre base de données. N’hésitez pas à faire le tri dans vos contacts. Le nombre de mails envoyés importe peu si la cible n’est pas la bonne. Misez sur la qualité plutôt que la quantité ! Supprimez les adresses inconnues, ou les emails temporaires (Exemple : mail-temporaire.fr, jetable.org, etc.). Votre campagne d’emailing n’en sera que plus efficace.

 

  • Et surtout, n'envoyez votre newsletter qu'aux internautes consentants. Avec la mise en application du RGPD, ce principe est d’autant plus incontournable ! Les visiteurs de votre site internet doivent donner leur accord pour recevoir vos emails. Et si ce n’est pas le cas vous finirez dans leur boîte “spams”, vous donnerez une mauvaise image de votre marque ou pire encore, vous serez pénalisés financièrement. En ce qui concerne les prospects inactifs, rien ne sert de les harceler : utilisez un objet de mail qui interpelle ou offrez-leur une offre commerciale pour leur retour.

 

A présent, il est temps de passer à l'étape de création et rédaction de votre lettre d’information. Prêt ?
Nouveau call-to-action

Étape #3 - Établissez votre ligne éditoriale

 

Lorsque vous débutez la création de votre newsletter, il est très important de définir une ligne éditoriale originale pour fidéliser vos lecteurs, qui vous servira de fil d’Ariane. Elle déterminera le ton à adopter, les sujets à aborder et les points de vue à suivre. Voici quelques conseils pour élaborer une bonne ligne éditoriale :

 

  • Définissez le type de contenu qui conviendra le mieux à votre newsletter. Vous pouvez choisir de publier des articles, des ebooks, des fiches produit, ou encore des photos. Il n’existe aucune “règle” officielle sur ce point, c’est la détermination de votre cible qui vous aidera à choisir le type de contenu à diffuser. Vous pouvez même proposer plusieurs types de contenus afin de toucher les différentes cibles de votre lectorat. 

 

  • Organisez la publication de votre contenu. Créez un tableau de toutes les idées de contenus à produire, effectuez une veille quotidienne, et n’hésitez pas à demander de l’aide à vos collaborateurs pour le compléter. Prévoyez ensuite leur publication grâce à un calendrier : rien ne sert d’envoyer 10 newsletters en une journée chaque mois. Mieux vaut espacer la mise en ligne de vos contenus pour améliorer votre présence sur les moteurs de recherche.

 

Finalement, il vous faut trouver votre propre identité, le plus important étant avant tout de se différencier de la concurrence ! C'est ici que le storytelling prend tout son sens. 

 

rgpd-newsletter-ecriture-ligne-editoriale

 

Étape 4 - Créez le modèle de votre newsletter

 

Le graphisme de votre newsletter est ce qui va attirer en premier le regard du lecteur. Un mauvais design, et c’est la moitié de vos leads qui partent en fumée. Non seulement l’apparence est importante, mais il faut aussi que votre newsletter soit responsive, c’est-à-dire qu’elle soit lisible et consultable sur n’importe quel appareil. Sachez que 31 % des utilisateurs de smartphones affirment que les newsletters s’affichent mal sur leurs appareils.

 

Le modèle de votre newsletter, c’est ce qui va vous assurer une campagne emailing réussie :

  • Choisissez votre format : les deux formats les plus répandus sont la version texte et la version HTML.

> Les emails texte sont plus légers, et donc plus simples à paramétrer. Ils se rapprochent du format des emails personnels, et sont idéals dans le cadre d’un marketing one-to-one. Ils ne comportent en revanche aucune image, et sont pauvres graphiquement.

> Les emails HTML sont bien plus ergonomiques et ouvrent un champ large de créativité : vous pouvez insérer des visuels, des tableaux, des gifs… Votre lettre d’information sera de ce fait bien plus convaincante et attractive. Ce format connait des problèmes de délivrabilité dus aux images souvent bloquées par les webmailers (1&1, Gmail, etc.).

 

  • Créez votre modèle… Si vous décidez de créer vous-même votre modèle, il existe plusieurs logiciels faciles d’utilisation qui vous aideront à obtenir un résultat satisfaisant. C’est notamment le cas de Mailstyler un logiciel à installer sur votre ordinateur qui fonctionne sur le principe du “glisser-déposer”. Très intuitif d’utilisation, il vous permettra de réaliser des templates de qualité !

 

  • … ou utilisez ceux des services d’envoi ! De nombreux templates prêts à l’emploi sont proposés par les logiciels de campagnes emailing comme SendinBlue. Sur la plateforme, il vous est même possible de choisir votre modèle en fonction de votre objectif à terme : génération de leads, inscription à un événement, offres spéciales… Un large panel de choix s’offre à vous !

 

Étape #5 - Rédigez le contenu de votre email

 

Votre template créé, vous devez à présent rédiger le contenu de votre lettre d’information. Rassurez-vous, vous avez déjà débuté ce travail en fixant les objectifs de votre campagne emailing : vous savez de quoi vous allez parler, c’est un bon début ! Mais votre email se compose en plusieurs “blocs” qu’il va falloir déterminer.

 

  • L’objet : c’est la partie la plus importante de votre newsletter, car c’est ce que votre abonné voit en premier dans sa boîte mail, ne le négligez-pas ! Voici quelques conseils faciles à appliquer pour créer un objet du tonnerre :

Soyez concret et précis, utilisez des chiffres ou des pourcentages.

Utilisez des interrogations (Exemple : “Comment…” ou “Pourquoi…”).

Écrivez comme une “vraie personne”. De votre point de vue, vous vous adressez à une base de données de plusieurs centaines voire milliers de personnes, mais n’oubliez pas que le lecteur est seul face à son écran. Faites en sorte que vos prospects se retrouvent dans votre objet pour qu’ils aient envie d’ouvrir votre mail.

 

  • Le preview : c’est ce qui s’affiche juste en dessous de l’objet dans certaines boîtes mails, avant que l’abonné ait ouvert le message. Il montre un aperçu du contenu, et doit attirer l’attention. Attention toutefois à ne pas vous répéter avec l'objet !

 

  • L’en-tête : ça y est, votre destinataire a ouvert votre newsletter ! Ne vous laissez pas envahir par l’émotion, votre travail ne s’arrête pas là. Il vous faut rédiger l’en-tête de votre mail. Votre objectif est de mettre en confiance le lecteur, et pour cela nous avons quelques astuces.

> Insérer votre logo, pour qu’il soit immédiatement visible.

> Rédigez une phrase d’accroche personnalisée : votre lecteur doit se reconnaître dans ce mail et penser qu’il en est le seul destinataire.

Ajoutez un lien vers la version internet de votre newsletter.

 

  • Le corps : c’est la plus grosse partie de votre lettre d’information. Elle doit être claire, aérée et personnalisée. Mais surtout elle doit être de taille raisonnable ! Insérez des liens vers vos articles de blog ou vos offres promotionnelles, et n’oubliez pas d’ajouter un call-to-action qui renvoie vers un formulaire de téléchargement (ou landing page).

 

  • Les visuels : c’est ce qui va permettre de rendre votre newsletter plus agréable à lire. En attirant l’œil du lecteur, vous l’aidez à poursuivre la lecture jusqu’à la fin du mail. Il existe de nombreuses banques d’images libres de droits qui vous proposent de télécharger des images de qualité en toute légalité : AdobeStock (payant) ou Pixabay (gratuit) en font partie. Ne manquez pas d'y ajouter un “call-to-action” (CTA) ou du texte pour lui donner un intérêt commercial.

 

  • L’option de désabonnement : obligatoire depuis la loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, le lien “Se désinscrire” doit figurer en bas de votre newsletter. Mentionnez également la raison pour laquelle vous envoyez cette lettre d’information.

Ci-dessous, l’exemple de la newsletter Neoptimal qui informe le lecteur qu’il a reçu cet email car “[il s’est] inscrit à la liste Blog de Neoptimal SAS”. Le prospect peut également se désabonner de la base de données en cliquant sur le bouton “Se désinscrire” en bas du message.

 rgpd-newsletter-desabonnement-neoptimal

 

Étape #6 - Envoyez votre newsletter

 

Une fois votre base de données nettoyée, et votre newsletter rédigée et mise en forme, vous devez l’envoyer aux abonnés concernés.

 

Avant toute chose, choisissez le service d’envoi qui vous convient, il vous permettra de gérer la totalité du processus, de la constitution de la liste d’abonnés intéressés par votre newsletter, à la phase d’analyse. Par exemple, chez Neoptimal, nous avons fait le choix de SendinBlue. Conforme au RGPD, il vous permet de segmenter votre audience, de créer des newsletters efficaces et d’analyser vos campagnes.

 

Pour ce qui est de la fréquence d’envoi de la newsletter, certains s’inspirent de la suite de Fibonacci (J-0 : envoi de l’email avec bonus, J+2 : promotion spéciale, J+5 : envoi d’informations sur le contenu, J+8 : proposition d’un rendez-vous, J+15 …). En ce qui nous concerne, nous vous conseillons plutôt d’adopter une certaine régularité : quotidienne, hebdomadaire, mensuelle, ou encore trimestrielle. Selon une étude de Direct Marketing Association, environ la moitié des entreprises envoient leurs emailings entre 2 et 5 fois par mois. Habituez vos abonnés et créez une certaine routine sans pour autant les lasser !

 

 

Étape #7 - Analyser vos résultats

 

Toute campagne marketing réussie passe par une analyse approfondie des résultats. La plupart des logiciels proposent cette fonctionnalité, et vous aident à interpréter les résultats. Néanmoins vous devez connaître les indicateurs clés et savoir les déchiffrer. Voici les 5 indicateurs clés de performance (KPI) à surveiller :

 

  • Le taux d’ouverture désigne le rapport entre le nombre d’abonnés ayant ouvert votre email et le nombre total de newsletters envoyées.

Taux d’ouverture moyen : environ 25% pour une campagne BtoB

 

  • Le taux de clic correspond au rapport entre le nombre de clics sur un lien dans l’email et le volume d’emails envoyés et aboutis. Cela vous donnera une idée de la réactivité de vos abonnés.

Taux de clic moyen : environ 3,5% pour une campagne BtoB

 

  • Le taux de réactivité complète le taux de clic en donnant le rapport entre le nombre de clics sur un lien dans votre mail et le nombre d’emails ouverts.

Taux de réactivité moyen : environ 13% pour une campagne BtoB

 

  • Le taux de rebond donne le rapport entre le nombre de messages d’erreur reçus par les DNS ou serveurs de messagerie destinataires (SMTP) et le nombre total d’emails envoyés. Il existe deux types de rebond : le soft bounce (adresse destinatrice temporairement indisponible) et le hard bounce (adresse destinatrice n’existe pas ou plus).

Taux de rebond moyen : il doit tendre vers 0% si votre base de données est saine !

 

  • Le taux de spam est un indicateur du nombre de plaintes pour spam sur le nombre d’emails envoyés au total.

Taux de spam moyen : il ne doit pas dépasser 0,1%. Si vous dépassez cette limite, votre délivrabilité s’en trouvera impactée.

 

Bon à savoir, ces taux varient fortement en fonction des secteurs d’activité. 

 

Vous devez également surveiller le retour sur investissement de votre campagne emailing (ROI), qui correspond aux bénéfices générés par la campagne par rapport à son coût total. Pour connaître le profit d’une newsletter, vous pouvez calculer le bénéfice d’un clic : valeur du clic * nombre de clics.

 

Pour donner suite à cela, vous pouvez réaliser des actions pour améliorer vos résultats. Par exemple, si vous observez un mauvais taux d’ouverture, cela signifie peut-être que votre cible n’est pas la bonne, ou qu’elle n’est pas intéressée par l’offre que vous présentez. Une bonne stratégie de communication, c’est avant tout savoir se remettre en question !

 

💡Le conseil du Neoexpert : SendinBlue permet de suivre en direct la performance de vos campagnes d’emailing. Grâce à son dashboard, vous pouvez consulter différents indicateurs en même temps et adapter vos actions selon les résultats que vous obtenez.

 

rgpd-newsletter-sendinblue-kpi 

 

RGPD et Newsletter font-ils bon ménage ?

 

Depuis quelques mois, le RGPD (Règlement Général de Protection des Données) fait parler de lui, que ce soit sur les réseaux sociaux ou bien dans vos boîtes mails de la part de vos newsletters favorites. Si vous ne savez pas encore de quoi il s’agit, nous allons vous l’expliquer brièvement ici (et plus en profondeur dans un article dédié), avant de nous intéresser à son impact sur les campagnes d’emailing.

 

rgpd-newsletter-securite

 

RGPD d’accord, mais de quoi parle-t-on finalement ?

 

Le 25 mai 2018, le RGPD est entré en vigueur. Son objectif premier est d’harmoniser la protection des données en tenant compte des récentes évolutions digitales, telles que le Big data ou l’intelligence artificielle. Pour se faire, il s’intéresse aux droits de l’utilisateur, qui se trouvent au cœur du règlement européen.

 

En résumé, voici les 3 points majeurs pour le service marketing de ce règlement :

  • Le consentement : l’utilisateur doit explicitement exprimer le souhait de recevoir vos offres. Une case pré-cochée n’est par exemple pas considérée comme un consentement explicite par le RGPD.

 

  • Le droit à l’oubli : ou droit à “l’effacement” qui permet à l’internaute d’obtenir l’effacement total de ses données à caractère personnel s’il le souhaite.

 

  • La portabilité des données : qui donne le droit aux internautes de récupérer l’ensemble de leurs données dans un format ouvert et lisible par machine pour les consulter. Ils pourront également se tenir au courant de l’utilisation que vous faites de leurs données.

 

Même s’il peut faire peur et qu’il impose quelques contraintes, ce règlement peut s’avérer bénéfique pour votre activité !

 

De nouvelles obligations pour acquérir des abonnés

 

Cette réglementation impacte fortement votre base de données, et notamment celle de vos campagnes d’emailing, la plus importante en termes de contacts.

 

Pour attirer de nouveaux abonnés, il faudra vous assurer de leur consentement, et être en mesure d’expliquer simplement ce à quoi ils s’engagent en cliquant sur le bouton “S’abonner à la newsletter”. L’opt-out et l’opt-in passif sont donc désormais interdits ! Pour y voir plus clair, voici les différents consentements possibles en terme de marketing digital :

  • L’opt-out est le fait d’inscrire obligatoirement un internaute à votre liste d’abonnés sans lui demander son avis, sous prétexte qu’il peut se désinscrire s’il le souhaite.

 

  • L’opt-in passif, c’est cette case “S’abonner à la newsletter” pré-cochée dans les formulaires et à laquelle les visiteurs ne font pas attention. Ils se retrouvent inscrits à une newsletter qui ne les intéressent pas, et l’entreprise elle, sature sa base de données inutilement.

 

  • L’opt-in actif est une pratique légale sous le RGPD. Elle consiste pour l’abonné à cocher lui-même la case “S’abonner” en toute connaissance de cause. Il faut bien entendu que les conséquences d’un tel engagement soient exposées sur votre site internet.

 

  • Le double opt-in est le niveau supérieur de l’opt-in. L’abonné va non seulement cocher la case “S’abonner” mais il va également confirmer sa volonté de suivre votre lettre d’information en cliquant sur un lien qu’il a reçu dans sa boîte mail. Le Saint Graal du consentement !

 

Attention ! Il n’y a pas consentement explicite en cas de silence, de case cochée par défaut ou d’inactivité pendant plus de 3 années successives. Le consentement explicite devra également être obtenu pour chaque canal de communication de manière individuelle.

 

💡Le conseil du Neoexpert : Hubspot propose un outil très pratique pour augmenter votre nombre d’abonnés : le lead flow. Vous pouvez choisir le format et le contenu de votre “hello barre” (c’est-à-dire la fenêtre qui s’affiche lorsqu’un prospect visite votre site), pour qu’il puisse s’inscrire directement à votre newsletter. Et surtout, n’oubliez pas de positionner correctement la case d’opt-in ou d’informer l’utilisateur du traitement que vous réservez à ses données personnelles pour rester conforme RGPD !

 

rgpd-newsletter-hubspot-leadflow 

Ce qui va changer pour vos campagnes d’emailing

“L'estime vaut mieux que la célébrité, la considération vaut mieux que la renommée.” - Sébastien-Roch Nicolas De Chamfort

 

Non, le RGPD n’est pas qu’une mauvaise nouvelle pour vous et vos newsletters. Il vous donne également de nombreux avantages non négligeables :

 

  • Une base de données de qualité, c’est-à-dire des abonnés réellement intéressés par votre offre. Vous pouvez être certain que vos mails seront consultés par des contacts de qualité qui seront plus à même de lire vos articles ou qui seront intéressés par vos offres. C’est un premier pas vers une stratégie d’inbound marketing réussie !

 

  • Des échanges avec des abonnés motivés et intéressés, qui connaîtront le secteur d’activité de votre entreprise et les services que vous proposez. Pas mal, non ?

 

  • Un meilleur taux d’ouverture pour vos newsletters : qui dit abonnés intéressés, dit abonnés qui ouvrent vos lettres d’information !

 

Dorénavant, vos contenus susciteront l’intérêt, et ne finiront presque plus dans la corbeille de vos prospects. Vous pouvez même espérer un taux de conversion plus élevé à terme ! Et inutile de préciser que si, dès le départ, vous aviez une base de données de qualité, le RGPD n’a que peu d’impact sur votre stratégie de marketing digital.

 

Donc pas de panique, et dites merci au RGPD !  

Maintenant vous avez toutes les clés en main pour créer une newsletter efficace et en adéquation avec la réglementation en vigueur. Alors… À vos mails !


Nouveau call-to-action

  

Envie d’approfondir ?