Comment savoir si mon site web a reçu une pénalité SEO par Google ?

Fièrement rédigé par Sandrine le 19 avril 2018
Temps de lecture : 12 mins

    Google est le moteur de recherche le plus utilisé par les internautes. De ce fait, il dispose de nombreuses informations qui lui permettent d’affiner la pertinence des résultats affichés. Pour optimiser le référencement de votre site web, il faut donc suivre les règles mises en place par Google. Or ne pas les respecter, c'est prendre le risque de subir une pénalité SEO et de voir le trafic vers son site lourdement chuter...

    Au fil de cet article, vous apprendrez à :

     

    Comment déterminer si le référencement de votre site web a été pénalisé par Google ?

    Google vous a-t-il infligé une pénalité SEO ?

    analyse-trafic-seo

     

    Lorsque le trafic organique à destination de votre site ou votre position dans les SERP chute, c’est certainement que vous avez été touché par une pénalité Google. Cette pénalité fait suite à de mauvaises pratiques de référencement Google, ou à l’évolution de l’algorithme de Google. Une baisse importante du trafic naturel sur votre site web indique généralementque votre site web est touché soit par une pénalité SEO, soit par l’un des principaux filtres : Panda, Penguin ou Fred.

    Pour déterminer si votre site a chuté dans les SERP, comparez le nombre de visites uniques obtenues lors d’une période précédente avec le nombre de visites dans la période actuelle. En cas de baisse notable, vous subissez probablement une pénalité. 

    Qu’est-ce qu’une pénalité Google ?

    Une pénalité désigne le fait que votre site web soit fortement rétrogradé sur les résultats des moteurs de recherche (SERP) à causes de mauvaises pratiques SEO (ou black hat SEO). On distinguera :

    • Les pénalités algorithmiques : certaines pages (ou votre site de façon globale) connaissent une forte chute de positionnement par suite de l’apparition d’un filtre ou de l’évolution algorithme Google. Il s’agit moins d’une réelle punition à l’encontre de votre site web que des changements de fonctionnement de l’algorithme qui rendent certaines techniques de référencement obsolètes. Il n’y a pas toujours de solution facile pour résoudre cette chute dans les SERP.
    • Les pénalités manuelles : ces sanctions sont cette fois prises directement par Google à l’encontre de votre site internet après une détection de pratiques contraires aux Guidelines Google. Ces pénalités sont généralement signalées par Google par le biais de la Search Console (interface de gestion SEO proposée gratuitement par Google aux webmasters). Une fois les pratiques corrigées, un réexamen peut être demandé afin que la sanction soit levée.
      CTA-Etude Cas Alphi

    Qu’est-ce qu’un filtre Google ?

    Rankbrain, l’IA qui détermine la position de vos pages web sur Google, place en premier les résultats qui lui semblent les plus pertinents face aux requêtes des internautes. Il se base sur leurs intentions de recherche plus que sur des mots-clés ciblés.

    Avant de parvenir aux internautes, ces résultats sont analysés par des programmes qui filtrent ou pénalisent les contenus de mauvaise qualité ou qui utilisent des pratiques de référencement qui vont à l’encontre des règles mises en place par Google.

    Ces filtres sont apparus successivement depuis le début des années 2010 et constituent des changements majeurs pour la mise en place d'une stratégie SEO. Cette infographie Panda SEO vous montre les grandes évolutions de l'algorithme de Google :

    Infographie Algo SEO test

     

    Quelles sont les conséquences d’une pénalité Google sur votre site internet ?

    Il existe trois conséquences possibles pour votre site web à la suite d’une pénalité :

    1. Le déclassement : une ou plusieurs de vos page perd brutalement des positions dans les SERP sur un ou plusieurs mots-clés
    2. La désindexation : les contenus dupliqués peuvent être désindexés par Google, c’est-à-dire qu’ils ne sont plus accessibles depuis le moteur de recherche
    3. La liste noire : La blacklist est la plus lourde condamnation possible. Le moteur de recherche ne retourne aucun résultat concernant les sites web sur sa liste noire, comme s’ils n’existaient plus

       

    liste-noire-seo

     

    Réagir si votre site internet subit une pénalité ?

    Répondre à une pénalité manuelle

     1 – Comprendre pourquoi votre site web a reçu une pénalité SEO

    Le premier réflexe à avoir lorsque vous pensez être victime d’une pénalité Google, est de consulter la Google Search Console. Il s’agit d’un outil gratuit mis à disposition des webmasters pour améliorer leur référencement.

    La page Actions manuelles (accessible de la manière suivante : Trafic de recherche > Actions Manuelles) vous permet de savoir si votre site web a fait l’objet d’une pénalité manuelle. Celle-ci explique également quelle mauvaise pratique a conduit à un déclassement de votre site internet, et comment y remédier.

     

    2 – Pallier le problème détecté sur votre site internet

    Une fois que vous avez déterminé la cause de votre pénalité SEO, vous devez mettre en place un plan d’action pour :

    • Supprimer les liens hypertextes considérés comme « dangereux » (proviennent tous d’un même site, pointent tous vers la même page, sont issus de sites qui contreviennent aux Google Guidelines…)
    • Supprimer les liens cassés
    • Supprimer le contenu dupliqué
    • Optimiser le temps de chargement des pages

    Une fois que vous avez résolu le problème soulevé par Google, vous pouvez demander un réexamen de votre site web. Dans la page « Vérifier les actions manuelles » sur la Google Search Console, vous pouvez effectuer votre demande et y ajouter les différentes preuves dont vous disposez : historique de vos actions de nettoyage, copie des emails de retrait de liens…

    Vous devriez ensuite recevoir une réponse sous trois à quatre semaines :

    • Soit la pénalité est levée, auquel cas vous êtes sauvé
    • Soit la pénalité est toujours active, auquel cas il faut recommencer l’examen de vos pratiques de référencement

     

    Réagir face à Google Panda

     

    google-panda-penalite-seo
     

    La situation est ici autrement plus importante. C’est le moment de séparer le bon grain de l’ivraie ! Certains de vos contenus sont bien moins qualitatifs que d’autres, et c’est eux qui sont visés par ce filtre. Pensez à vous poser les bonnes questions :

    • Ais-je du contenu dupliqué ou “très proche” sur mon site internet ou mon blog ? C’est souvent le cas d’articles qui ciblent un mot-clé particulier et non pas les intentions de recherche. Rédigez des articles que vous serez les seuls à pouvoir proposer à vos lecteurs afin d’éviter les duplicatas.
    • Mon contenu est-il de qualité ? Pensez à l’évaluer en termes de longueur, de qualité de rédaction, de quantité d’information et de champ sémantique SEO. Si vous tenez à conserver des pages dont le contenu est plus pauvre, nous vous conseillons de les désindexer, afin qu’elles ne soient pas prises en compte par les robots d’indexation de Google.
    • Ma navigation est-elle simple ? Si les internautes doivent effectuer de nombreux clics depuis votre page d’accueil pour accéder au contenu, alors il faut songer à simplifier votre arborescence. Jamais plus de 3 clics ne doivent être nécessaires pour accéder à une page de votre site....
    • Mon site contient-il trop de publicités ? Google Panda met l’accent sur l’expérience utilisateur. Même si la diffusion de publicités peut vous aider à compenser vos coûts de fonctionnement, trop d’annonces tendent à gêner les internautes. De plus, pensez à respecter la règle du « above the fold », c’est-à-dire d’éviter de placer des publicités dans le premier tiers de vos pages.

    Ces questions devraient vous aider à améliorer votre site internet et votre référencement. Google a également mis à disposition une liste de questions et de recommandations SEO pour que votre site web soit considéré comme étant de bonne qualité.

     

    Réagir face à Google Penguin

    google-penguin-penalite-seo

     

    Le filtre Google Penguin cible lui les sites internet qui ont recours à des techniques trop agressives de netlinking, et ceux qui ne font pas attention à la qualité de leurs liens externes. Il prend en compte différents facteurs :

    • L’ancre du lien : c’est le libellé cliquable de vos liens hypertextes. Il est préférable de mettre des liens sur des mots-clés sur lesquels vous-vous positionnez.
    • L’autorité du domaine : les liens qui pointent vers votre site sont plus pertinents s’ils proviennent d’un site qui génère du trafic et qui est une référence dans un domaine. Oubliez alors la majorité des liens provenant d’annuaires en ligne ou de fermes de liens.
    • La thématique de la page : la qualité du backlink est déterminée par la thématique de la page où se situe ce lien. Obtenir des liens vers vos pages depuis d’autres sites web de votre secteur d’activité permet de développer la popularité de votre site.
    • La fréquence d’obtention des backlinks : Obtenir de trop nombreux liens sur une courte période peut être considéré comme suspect. Google peut en effet croire que vous avez acheté ces liens à des organismes spécialisés.
    • Le ratio dofollow et nofollow : ces indications sont présentes dans le code source et à destination des robots d’indexation. Elles indiquent à Google quels liens distribuent le « linking juice » et transmettent le PageRank d’une page vers une autre, et quels liens ne sont pas intéressants à suivre. Il est préférable d’avoir au moins 10% de liens NoFollow dans le total de vos pages d’après le site penalites-referencement.com
    • La répartition des Top Level Domains (TLD) : Ce paramètre est susceptible de limiter la visibilité de votre site web. Les gTLD (general Top Level Domain) sont les liens internationaux en .net et .com et les ccTLD (country code Top Level Domain) les extensions par pays comme .fr pour la France ou .ru pour la Russie. Une trop forte proportions de ccTLD étrangers à la langue du site peut être une indication de spam

    Réagit face à Google Fred

    À la suite du déploiement de Google Fred Update, les sites internet touchés ont vu chuter leur trafic organique chuter de 50% à 90% en une seule nuit ! Ces sites ont en commun un nombre de liens spam très important, et la majorité semblait prioriser les revenus publicitaires à l’expérience utilisateur de leurs visiteurs.

    Voici quelques optimisations à mettre en place pour votre référencement :

    • Supprimez les pages ou articles de blogs qui ne contiennent que des tags / balises : toujours indexées par Google, ces pages plombent votre SEO
    • Vérifiez votre ratio d’annonces publicitaire : combien de publicités voit le visiteur lorsqu’il consulte vos pages ? Si elles gênent la lecture par leur nombre ou à cause de la présentation de la page, il vaut mieux en supprimer.
    • Allégez le poids de vos pages web : Fred cible surtout les sites lourds, car susceptibles de contenir trop de publicité, donc pensez à alléger votre site le plus possible. En plus le changement vous permettra peut-être de passer la barre des 2 secondes de chargement recommandé par le Google PageSpeed Index.
    • Ajoutez d’autres types de contenus comme des vidéos ou des Gifs : la majorité du contenu des sites visés était sous format texte.
    • Revoyez l'ergonomie et l'organisation de votre site : en prenant en compte les taux de rebonds et le code des pages web, Google peut mieux déterminer quels sont les sites web optimisés pour les robots de recherche et non pas pour les yeux humains.
    • Axez votre contenu de façon à répondre aux questions que se posent vos visiteurs : cela vous permettra d’alimenter votre blog avec du contenu actuel et pertinent et d’éviter le duplicate content

       

    9 techniques de Black Hat SEO à oublier pour votre référencement naturel

     

     

    La majorité des pénalités SEO reçues font suite à des mauvaises pratiques de référencement utilisées sur votre site internet. Pour rappel, le Black Hat SEO consiste en un ensemble de techniques "illégales" visant à augmenter artificiellement le référencement de votre site web, en contrevenant aux normes et aux recommandations des moteurs de recherche.

    Ces techniques sont souvent éthiquement ou légalement discutables. Elles s’appliquent dans le cadre d’une stratégie SEO court-termiste car elle cherche à exploiter les failles des robots d’indexation des moteurs de recherche, et ont donc de fortes chances de se retourner contre vous à la prochaine évolution d’algorithme. La majorité de ces pratiques sont condamnées et sanctionnées par Google.

    1. Le Background Spoofing : il consiste à faire figurer un grand nombre de fois un mot-clé longue traîne sur une page web à l’attention des robots d’indexation, tout en les rendant invisibles aux utilisateurs (par exemple en les mettant de la même couleur que le fond). Le but est d’augmenter la densité de mots-clés sur une page web pour remonter dans les résultats de recherche. La pratique du bourrage de mots-clés est obsolète, mais demeure d’un des mythes du SEO les plus tenaces.

    2. Le cloaking SEO : il s’agit de configurer votre serveur web de manière que la page vue par les internautes soit différente de celle analysée par les crawlers de Google. La page sur laquelle les robots sont dirigés est sur-optimisée pour augmenter au maximum votre référencement, au détriment de la lisibilité.

    3. Le content spinning : un logiciel ou un script créé automatiquement différentes versions d’un contenu pour multiplier le nombre de pages web tout en évitant le duplicate content. Le but est d’augmenter le référencement naturel d’un site internet en créant de nombreux backlinks factices qui pointent vers votre site, sans se soucier de la concurrence entre ces pages. Cette pratique a beaucoup perdu en efficacité depuis la mise en place du filtre Panda.

    4. Le Negative SEO : le référencement négatif consiste à faire reculer les sites internet d’entreprises concurrentes dans les SERP. Le plus souvent il s’agit de réaliser des actions condamnables par les Google Guidelines et de faire porter le chapeau au concurrent. Le NSEO regroupe aussi les techniques de positionnement d’avis négatifs sur ces concurrents dans les SERP ou de faire apparaître des suggestions négatives dans la fonctionnalité de saisie prédictive de Google.

    5. L’obfuscation de lien : le code source des pages web masque certains liens hypertexte aux robots d’indexation afin de favoriser le PageRank des pages sur lesquelles le lien reste visible. Cette technique est considérée comme du black hat dans la mesure où des informations sont dissimulées au Googlebot.

    6. Le piratage de site web : la technique est illégale à de nombreux points, mais permet aux hackers de faire plonger le site victime de la cyberattaque dans les SERP ou d’introduire des backlinks et/ou des redirections frauduleuses vers des sites web qu’ils veulent promouvoir.

    7. Le Private Blog Network : aussi contracté en PBN, il repose sur la création d’un réseau de blogs privés factices (ou spam blogs) pour offrir des liens hypertextes au site web à promouvoir (aussi appelé money site), ce qui permet de le faire remonter dans les résultats des moteurs de recherche.

    8. Le spam de commentaires : il s’agir de multiplier les commentaires artificiels sur des articles de blog, des forums ou des annuaires en ligne en y insérant des backlinks vers le site web qu’on souhaite promouvoir. De fait les moteurs de recherche prennent de moins en moins en compte les liens externes présents dans les espaces de commentaires. 

    9. Le scraping de contenu : la technique consiste à extraire automatiquement du contenu d’un ou plusieurs sites web pour alimenter un money site. Le but est de s’approprier du contenu illégalement pour bénéficier de son bon référencement naturel, permettant parfois aux fraudeurs de dépasser les sites victimes dans les SERP. Le scraping sert aussi à récupérer des données personnelles sur des prospects,

       

      Vous l'aurez compris, la gestion des éventuelles pénalités SEO reçues par votre site est essentielle si vous désirez lui assurez un bon positionnement dans les résultats des moteurs de recherche. Vous l'avez également compris, les techniques de Black Hat SEO sont aujourd'hui dépassés, même si certains acteurs du marché tentent encore d'en abuser. ces techniques sont à bannir absolument, car mettent en danger le site de leur et l'ensemble du travail d'optimisation SEO précédemment mis en place. 

     

    Vous souhaitez en savoir plus sur les techniques SEO permettant de donner un coup de boost à votre site, n'hésitez pas à contacter nos experts, qui vous répondront avec plaisir. Alors, prêt à doper la visibilité de votre site ? 

     

    Note de l'auteur : Certains mots ou anglicismes de l’article vous ont échappé ? N’hésitez pas à faire un tour sur notre glossaire SEO pour approfondir votre connaissance du référencement seo.

    Nouveau call-to-action

    Découvrez tous nos articles sur le même sujet : SEO SEA et référencement

    Trouvez votre bonheur !